Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2008 3 23 /07 /juillet /2008 00:32
     
Mise en scène Michel ABECASSIS
            

 

Cette oeuvre infiniment tonique et puissante est tout à la fois drôle et profondément bouleversante. Winnie.jpg
  Winnie, ensevelie là jusqu’au buste dans un mamelon de sable s’abrite de son ombrelle. Avec une innocence gracieuse, elle prie, se prépare, fredonne, se plaint. Reviennent des bribes de souvenirs d’amour, d’exil… Elle fait l’inventaire de son sac et de ses objets  familiers. Elle s’adresse à son tendre ami Willie, que l’on aperçoit à peine et qui pousse de temps en temps quelques grognements. Winnie aime la vie, seconde après seconde, malgré le temps qui passe. Elle questionne le monde avec une incroyable vitalité. Rien ne semble altérer la faculté d’émerveillement de Winnie, personnage lumineux, s’obstine à tenir, à continuer avec un humour déconcertant : « À quoi ça rime ? …fourrée jusqu’aux nénés dans le pissenlit… ça signifie quoi ? »
   L’apparente frivolité de son discours est, comme l’humour, la chatoyante politesse du désespoir. Après Oulipo / Pièces détachées et Vian v’là Boris !, la compagnie du Théâtre de l'Éveil présente cette pièce de Beckett, considérée comme un des chefs-d’oeuvre du théâtre du XXe siècle, mais aussi comme un hymne à la vie.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by teveil - dans SPECTACLES PASSÉS

Recherche