Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 septembre 2007 6 08 /09 /septembre /2007 23:44

27 juillet 2009

Je n’ai pas pu m’empêcher de voir une seconde fois Pièces détachées/ Oulipo  au Théâtre du Chien qui fume. Lorsque théâtre rime avec plaisir mais aussi avec intelligence, ce serait dommage de ne pas en profiter!

Cet assemblage de textes rédigés par les grands oulipiens, Queneau,  Pérec, Bénabou, Caradec, Fournel, Monk , Roubaud et j’en passe… est un vrai régal! Le public ne s’y  trompe et ce n’est pas pour rien que le spectacle se joue chaque soir de ce festival 2009 dans une salle comble qui croule sous le rire.

 

wb_photo-037_2.1248699999.jpg

Pièces détachées/ Oulipo

Ce Oulipo, mis en scène par Michel Abécassis, c’est d’abord le plaisir de la langue, des jeux de mots et de sons qui fusent de toutes parts, qui jaillissent comme des feux d’artifice, qui s’élèvent dans l’espace et que l’on rattrape au vol  comme pour les faire siens et en rire. C’est aussi l’esprit oulipien pris à la lettre, cette logique mathématicienne, qui, si l’on a le malheur de la prendre au sérieux, nous éclate dans les doigts comme un vieux pétard mouillé, une logique  irréfutable pour mieux nous conduire à l’absurde.

Michel Abécassis a appliqué à la lettre la “doctrine” de  Georges Perec  :  “Au fond je me donne des règles pour être libre”, en concevant sa  mise en scène comme un ballet minutieux, rigoureux comme un  métronome, calculant au millimètre près la gestuelle et les déplacements des trois acteurs. Même précision dans les échanges verbaux, véritables joutes orales qui confinent à la perfection.

Et ceci  est une réussite totale : sans effort apparent, les acteurs, Nicolas Dangoise, Pierre Ollier, Olivier Salon, tous les trois excellents, se rient avec aisance des difficultés, réalisent  des prouesses de virtuoses devant le spectateur ravi, emporté par l’esprit, l’humour, la cocasserie, l’intelligence d’un spectacle fou, fou, fou!

A l’heure où j’écris ces mots, il reste peu de jours pour en profiter mais un conseil, il vaut mieux réserver!

http://claudialucia.blog.lemonde.fr/

Avignon, le 11 juillet 09


1 immense MERCI pour le spectacle au "CHIEN QUI FUME". Quelle extraordinaire prouesse de votre part à tous et quel plaisir (très rare) pour nous, spectateurs enchantés!   Les textes sont sélectionnés et transmis de façon magistrale....  Après,   

L'AUGMENTATION" puis "EXERCICES de STYLE" de nos chers Pérec & Queneau, ce soir, ce fut l'heureux "Jamais 2 sans 3" par le théatre de l'Eveil après la présence duquel nous courons chaque année dans le Off. Merci pour tout  ce magnifique art-travail et, nous l'espérons A L'ANNEE PROCHAINE pour de nouvelles merveilles venues de Palaiseau. Deux Fans du Vaucluse ( fidèles au Festival depuis 1953! Nous nous y connaissons un peu sur la "qualité"....) Amitiés avec tous nos encouragements bien cordiaux.
Robert D.

 

Oulipo : des élèves inspirés !
le 18.02.08

Les 4 et 11 février, les secondes internationales de Mme Brun-Rozan ont rencontré Michel Abécassis au lycée Balzac (17e) dans le cadre d'une action culturelle autour de sa pièce, "Oulipo, pièces détachées", jouée au Théâtre du Rond-Point. Et à rencontre exceptionnelle, commentaires exceptionnels !

Admirable talent que celui de Michel Abecassis!
Belle visite riche en expériences,
Captivant son public par sa bonne humeur
Délirant personnage, ce fut avec plaisir que nous fîmes sa rencontre
Et cela, même si je ne partage pas son avis sur le théâtre!
Fulgurant, il nous laissait à peine le temps d'inventer.
Gesticulant dans tous les sens, il a su nous transmettre toute son énergie
Hélas! Nous ne nous vîmes que durant 2 heures!
Impossible d'en découvrir davantage sur sa passion.
Jeudi nous avons assisté à une excellente représentation:
Kyrielle d'applaudissements bien mérités pour toute la troupe.
Leur talent est formidable.
Merveilleuse soirée.
Ni ennui, ni regret d'être venu se sont fait ressentir.
Oulipo pièces détachées...
Panaché de musique et d'humour
Qui enchante petits et grands.
Réussite indéniable.
Spectacle très agréable.
Toute ma classe était captivée... Quel exploit!
Un grand merci pour votre visite,
Vaillant prophète oulipien!
What else?
X ...
Yes, c'est difficile de terminer ce texte contraignant.
Zut!

Sylvie GONCALVES

Un spectateur à Compiègne

Magnifique prestation, Superbe ! Epoustouflant Oulipo !

3 grands comédiens, je me suis régalé... BRAVO!!!

Jean-Louis Julien

Des spectateurs du théâtre du Rond-Point :

Après avoir vu le spectacle, un des anciens élèves d'Olivier, Silvain Combis-Schlumberger, lui écrit ceci, qui reprend deux idées de "Pièces détachées" :

Contrainte n° 1 : Comme Quenaud avec le procédé S+7, réécrire "la cigale et la fourmi" (choisi car les 2 premiers vers respectent la contrainte principale) en gardant le sens global et local.
Contrainte n° 2 : respecter le nombre de pieds (7 par vers) à partir du 3e vers (les 2 premiers restant identiques)
Contrainte n° 3 : respecter les rimes (embrassées sur les 14 premiers vers, croisées sur les 8 derniers)
Contrainte n° 4 : "interdire aux dents du dessous de s'articuler en direction de celles du haut ! ".

Exercice de style - proposition :


La cigale et la reine

La cigale ayant chanté Tout l'été,
N'eût d'un coup rien à grailler
Au temps des neiges gelées.
Ne restait dans son assiette,
ni rognure, ni lichette.
De l'aide, elle alla chercher
Chez la reine d'à côté,
Requérant quelque crédit
D'un ou deux grains riquiquis
Jusqu'au déclin des temps durs.
« T'auras ton dû, ça c'est sûr !
D'ici l'oût, je le déclare,
En caution j'laisse une guitare. »
La reine est assez radine ;
Tare légère au su d'autres.
« Aux temps chauds suent tous les notres ;
Où étais tu, gourgandine ? »
« Nuit et jour, à ceux qui errent,
Je chantais sur une estrade »
« Des airs à la cantonade ?
D'ores danse, et t'auto-gère »


___________________________________________________________

Je suis allée voir hier soir la pièce "Oulipo pièces détachées" et j'en suis sortie enthousiaste, détendue. C'est un remède à prescrire pour tous les gens fatigués et déprimés! Quelle mise en scène astucieuse, les trois acteurs sont formidables et servent merveilleusement bien les textes astucieux, virtuoses, burlesques mais pas si débridés que cela. La langue incompréhensible par moment s'éclaire tout à coup, de façon limpide (les trois textes A, E, 0).
Borborygmes, langue étrangère, langue comparée. Et cette dernière lettre !

Madame Hogg-Grandjean des éditions Fayard
______________________________________________


Je confirme que c'est très fort ! Effectivement, il faut y retourner tellement les mots jaillissent à vive allure et mon esprit un peu lent n'a pas le temps de tout déguster comme il le faudrait... Mais n'empêche que je recommande ce spectacle, ainsi que l'émission les papoux dans la tête sur France Culture le dimanche matin vers 11:00.

Catherine (dénommée Catoune)
_____________________________________________________________________


Je vous recommande fortement d’aller voir ce spectacle.

C’est tout simplement soufflant pour le choix des textes, leur interprétation et leur mise en scène.

Ne pas y aller, c’est rater quelque chose.

Nous y sommes allés à plusieurs, et j’y retournerai pour mieux apprécier toute la subtilité des petites pièces.

Odile
____________________________________________________

Salut !
Hier nous sommes allés au théâtre du Rond Point voir le spectacle "Pièces détachées" que vous nous aviez recommandé.
Merci merci, c'était génial ! Vraiment jubilatoire !
Natacha et Roger.

______________________________________________

Lors de la séance d'hier soir au Rond Point, nous avons profité de cette reprise des textes Oulipiens de Jacques Roubaud et Georges Perec parmi les plus illustres poètes oulipiens.
Vous dire qu'ils nous ont fait pleurer de rire n'est pas si loin de la vérité tant les acteurs sont imprégnés de poésie Oulipiènne dans chacun de leur rôle.
Ces textes pourtant considérés comme très difficiles à interpréter nous emmènent dans l'univers Oulipien vers le choc des mots, les associations d'idées farfelues ou  insolites, les parapèteries cocasses et autres effets  hilarants...l'heure et quart de spectacle est un bonheur et l'on regrette qu'elle ne se prolonge.
La salle très réactive hier soir a contribué à créer, avec le spectacle, une soirée que je n'oublierai pas, merci donc à Nicolas pour son invitation et pour ceux qui n'ont pu venir au Rond-Point, ils pourront, s'ils en ont la possibilité, voir "Pièces Détachées" à l'Espace Jean Legendre à Compiègne aux séances des 11 et 12 mars prochain... en attendant je vous livre une adresse sur le web... taper sur Google "des mots de minuit" du 14 février 08, dans la vidéo de l'émission de Philippe Lefait sur france 2,  un extrait du spectacle est présenté à partir de la 42° minute de la vidéo...je vous recommande aussi l'émission qui présente Jacques Roubaud parmi les invités...
à + et bon amusement Oulipien
Grard

______________________________________________

Nous étions 5 hier soir venues se régaler au Théâtre du Rond-Point.
Merci pour ce spectacle magnifique, enlevé, porté avec engagement et brio par 3 très bons acteurs...
Cela fait longtemps que je n’ai pas été prise, captivée, emportée par un spectacle comme cela m’est arrivé hier.
Il y avait ma maman, Elise et une amie et Eva, une amie tchèque que tu connais peut-être.
J’ai tout aimé, le début un peu bizarre, la suite hilarante, nos oreilles qui se sont progressivement faites aux transgressions langagières.
J’y ai trouvé une liberté formidable dans vos règles de jeu.
le rythme du spectacle est très réussi, pas de temps mort, ni de temps qui retombe, cela rebondit, ricoche, reste suspendu.
Quelques moments particulièrement appréciés : les "à quoi tu penses ?", les poèmes pour bègue, le concert symphonique, la lettre... et j’en oublie.

______________________________________________

Bonjour,

j’ai adoré votre spectacle et mille choses me l'ont fait adorer.

J'ai découvert Queneau il y a quelques temps et je suis vraiment tombée sous le charme. Jusqu'à hier, je ne connaissais pas d'autres "Mathématiciens et Ecriverons"... et me revoilà retombée sous le recharme de ces fabuleux jeux de langage qui jonglent avec les mots, les lettres, les sons et les hommes.

J'ai également découvert trois acteurs-poètes qui rassemblaient leur univers personnel au service de ces textes rendus merveilleusement vivants. Alors bravo à vous trois et évidemment à votre concepteur et metteur en scène qui semble savoir très bien faire surgir la matière d'un texte et la poésie d'un acteur.

Astrid

_______________________________________________

Bravo !!!
Et merci, j'étais dans la salle hier et j'étais sous le charme ! La salle était enchantée aussi, en tout cas les deux demoiselles derrière moi l'étaient, j'entends encore leurs rires orgasmiques au moment où vous parliez des fouilles du pape ou autres parapèteries. 
C'est un super boulot que vous faites.

Benjamin Chabert

_______________________________________________

Bravo, c'est très réussi: intelligent, cocasse, espiègle et fort réjouissant. Votre  plaisir des mots nous parvient avec délectation, quel régal !

Natalia Cellier

_______________________________________________
.
Un grand merci au Théâtre de l'Eveil pour cette superbe "jouxte" verbale en oulipo !
A se demander, et je suis toujours sans réponse, à  quelle mémoire supra synapsique faites-vous appel pour ne pas vous mélanger les neurones et le reste ???????!!!!!!!!
CHAPEAU MESSIEURS !
J'attends d'autres spectacles pour me régaler !!
BORIS VIAN par exemple...
Encore bravo !
.
Nicole

_____________________________________________________________
.
Le spectacle "Pièces détachées (OuLiPo)" de Michel Abecassis présente de façon théâtrale un florilège de textes oulipiens.
La virtuosité textuelle trouve son équivalent théâtral dans la rapidité de la mise en scène et dans le jeu sous haute tension des trois comédiens dont l’un, Olivier Salon, est par ailleurs membre de l’Oulipo.
Les textes s’entrechoquent et se combinent, donnant une idée claire de la démarche oulipienne, sous une allure de cabaret théâtral qui n’est pas sans modèle. On retrouve là un type de spectacle qui, par bien des côtés, renoue avec le rythme et la couleur des Exercices de style, d’Yves Robert, de Jacques Seiler, de Denis Marleau ou de… Michel Abecassis lui-même.
Les 3 comédiens se multiplient, tantôt personnages, tantôt récitants, entraînant les spectateurs dans un grand manège textuel où la drôlerie se combine à la malice, déclenchant le besoin de rire, et l’envie de lire. Rien là qui pèse ou qui pose, le spectateur est dans le pur plaisir du texte et de la comédie.
Ce spectacle est le complément idéal de l’exposition internationale que l’ADPF propose sur l’Oulipo.

Paul Fournel

Dans le journal de l'université de Lille "Nouvelles d'Archimède" :

[...] La mise en scène de Michel Abecassis relève le gant et triomphe à rendre une immédiate et jubilatoire lisibilité aux multiples tours d'écriture. Le public - averti ou non - se prend à un jeu de rats (de bibliothèques s'entend) qui s'évadent des labyrinthes litteraires inventés pour la circonstance. On rit beaucoup, aux larmes parfois, mais pas seulement. Si les trois comédiens, Nicolas Dangoise, Pierre Ollier et Olivier Salon affichent une époustouflante virtuosité, surtout ils la partagent à l'envi. [...] Ces "Pièces détachées (OuLiPo)" seront en novembre à Paris au théâtre du Rond-Point... Bientôt à Lille et partout ? Il faut, vite !

Logo_bnf_1 Un spectateur nous a écrit :
.
Jeudi dernier j'ai assisté avec beaucoup d'admiration et surtout les larmes aux yeux à votre spectacle « pièces détachées (OuLiPo) » à la Bibliothèque Nationale de France pour les jeudis de l'Oulipo. Malheureusement je n'ai pas eu le temps de prendre le programme et surtout vos dates au théâtre du Rond-Point. [...]
Je vous remercie d'avance et vous répète combien votre spectacle m'a enchanté tout en vous souhaitant tout le succès que vous méritez. J'ai été notamment très impressionné par le sketch avec les syllabes en do ré mi fa sol la si chantées.

Repost 0
Published by teveil - dans RÉACTIONS DU PUBLIC
7 septembre 2007 5 07 /09 /septembre /2007 09:11

 

Irrationel , Emouvant, Subtil, Délicat, FInesse

Joliesse, Talent , Information rendue déformée,
Nouveauté sensée
Simple et recherchée 
Agréable

 

Les yeux fermés pour mieux profiter des notes, des voix gracieuses

 

Etonnant et divinement orchestré



J'ai passé, monsieur un moment plaisant.
Je tenterai d'accorder mon discours sans les "trop" et "vraiment" employé à tord qui dénuent le sentiment.
Prenez, je vous prie, les mots pour ce qu'ils sont, littéralement.

 

Effectivement c'est une sorte de ravir qui s'est offert à mes oreilles. 
Je suis absolue partisane de cet esprit littéraire, de la folie cachée sous les mots ou amenée grâce à eux.
Pour ainsi dire : ils me vont droit au coeur et leur utilisation corresponds parfaitement à l'amabilité que j'ai pour eux.

 

Chaque petite touche de subtilité prouve l'intelligence de l'écriture et de l'orchestration. J'entends par ce "intelligence" le contraire de la bêtise soit du tout commun.

 

J'espère monsieur, avoir la joie de vous rencontrer en d'autres lieux qu'un restaurant vendeur de crêpes.

 

Je vous réécrirai certainement plus tard, après digestion du moment.

 

Je n'ai pas eu la chance de vous remercier pour cette invitation, vous aviez disparu...



Révérencieusement 



Charlotte R. 
(la jeune fille qui vous a servi des crudités accompagnées de pseudo miettes de thon sur les terres Dagovéraniennes)

*

salut, heureux comédiens!!

J'ai déjà eu le plaisir l'année dernière d'assister, à Argentan, aux exercices de style mis en scène à la sauce Abécassis, spectacle pour lequel j'avais rédigé un papier dans la feuille de chou local et que je vous avais d'ailleurs transmis!
C'est à titre personnel que je suis allé, vendredi dernier et toujours à Argentan, assister, avec ma compagne, au spectacle consacré à Vian et à son oeuvre. Il est dommage que le journal ne m'ait pas demandé d'en faire un papier, car c'est avec un réel plaisir que j'aurais aimé partager celui que j'ai eu à le voir avec le plus grand nombre. Tout y est, plus particulièrement la partie consacrée aux rapports qu'entretenait Boris avec les militaires et la guerre. Mis en lien avec la récente actualité, le propos s'est teint d'une émotion particulière et qui d'ailleurs était plus que palpable dans la salle.
Personnellement, j'ai mis beaucoup d'énergie à écraser les larmes qui me venaient à ce moment. Quelle modernité dans le propos, plus de 50 ans après, et quelle clarté dans les démonstrations qui pointent l'absurdité de ce mécanisme absurde qu'est la guerre.
les comédiens "multi-carte" offrent des prestations époustouflantes, à la fois très pro, ce qui est, cela dit, la moindre des choses, et en même temps très proches, très humaines, pour ne pas dire presqu'amicales.
Bravo aux comédiens et à leur metteur en scène.
Ce spectacle devrait être déclaré d'interet public pour l'esprit de chacun!

cordialement,

Sébastien CORNU

- Vian v’là Boris !

Excellent spectacle. Poésie, humour, Jazz se succèdent avec harmonie. On retrouve les chansons de Boris Vian, mais aussi des textes ignorés. Trois acteurs de talents. Deux sont aussi musiciens. A voir d'urgence ! écrit le 16/03/2006 par Flo sur BilletReduc

________________________________________________

- Merci Boris !

Merci pour ta jeunesse, ta fraîcheur et ton humanisme. Merci pour ce "Vian v'là Boris !" spectacle toujours actuel et si vivant. écrit le 17/03/2006 par Marco sur BilletReduc

_______________________________________________

- On en redemande !

Trois comédiens-chanteurs-musiciens de talent nous font redécouvrir les textes connus ou moins connus de Boris Vian. "Vian v'là Boris !", c'est superbe. Il faut y aller ! écrit le 17/03/2006 par margotdeparis sur BilletReduc

________________________________________________

- Un conseil

C'est pas pour me vanter, mais j'ai vu un spectacle hier qui m'a laissé comme le ravi de la crèche.
Insolent, intelligent, libre, drôle, profond, grave et léger, avec cet air de ne pas y toucher qui fait qu'il touche pleine cible.
C'est bien simple, on dirait du Boris Vian !
Ah oui au fait je suis bête, c'est du Boris Vian.
Je vous conseille de pousser votre curiosité jusqu'à l'Espace Sorano de Vincennes.

Michel T.

_______________________________________________

- Cher Monsieur,

Je viens de voir votre nouveau spectacle : "Vian v'là Boris !"Un moment jubilatoire où Jazz, poésie et humour se mêlent. J'ai découvert avec plaisir des textes ignorés de Boris Vian. Quel talent caustique ! En ces temps troublés, il n'y a plus grand monde pour dire la vérité sur la guerre et la bêtise humaine.
Pour ma part, je chante vos louanges sur le web dans les forums.

Bien cordialement
Florence Blanc (Lycée Edouard Branly)

________________________________________________

- Allez-y vite !

Azzedine et moi avons vu ce spectacle vendredi dernier : il est excellent à tous points de vue : drôle, satirique, instructif, musical, et le tout dans une mise en scène de Michel Abecassis très travaillée (il y a des mois de répétitions derrière, et ça se voit !). Alors, allez vite à l'Espace Daniel Sorano de Vincennes voir "Vian v'là Boris !", vous n'aurez pas perdu votre temps !
Alain.

_______________________________________________

- Un spectacle hilarant -


"Vian v'là Boris !" ? Un spectacle drôle, hilarant même, plein de bon sens et d'optimisme, les artistes (Didier Bailly, Nicolas Dangoise et Pierre Ollier) sont vraiment professionnels, on a passé un super moment et en même temps on s'est beaucoup enrichis culturellement ! A ne manquer sous aucun prétexte !
écrit le 27/03/2006 par djoe sur BilletReduc

 

 

 

________________________________________________

- Tout simplement subjugué -

 

 

 

Je suis allé voir « Vian, v'là Boris » et j'ai été tout simplement subjugué. Ca fait plaisir de voir des acteurs si bons musiciens. Je vous le répète, les premiers à m'avoir fait cet effet-là sont les Marx Brothers ! Si à chaque fois que j'allais au théâtre cela pouvait être aussi excellent, je pense que j'irais tous les soirs !
Malheureusement j'ai loupé les "Exercices de style"...
A bientôt j'espère et plein de succès (mérité) à toute l'équipe.

 

Lionel Ladouari.

_______________________________________________

Encore un grand merci et un grand bravo pour votre spectacle magnifique et engagé ! (Aussi de la part de mes deux amies qui ont adoré)
J'ai passé une belle soirée et depuis je n'arrête pas de fredonner Vian : quel regal !
Bonne continuation donc, je vous souhaite beaucoup de succès.
Hélène

________________________________________________

 

 

 

 

 

- Allez-y !!! -

 

Un spectacle intelligent et très divertissant ! les comédiens y sont excellents et ont de multiples talents; on y découvre un Boris Vian sous des dehors très drôles, engagé et anti-militariste, fervent amoureux du jazz. Une preuve pour ceux qui en doutent,que l'on peut voir des spectacles de qualité en banlieue...

Repost 0
Published by teveil - dans RÉACTIONS DU PUBLIC
6 septembre 2007 4 06 /09 /septembre /2007 20:49

"EXERCICES DE STYLE"

-L'AUTOBUS "S" - quel plaisir de redécouvrir Queneau à travers l'interprétation de ces 3 comédiens plein d'érnergie. Humour, originalité et éclats de rire sont au rendez vous. "Exercices de style" est un spectacle aussi bien pour adulte que pour enfant (ma nièce de 8 ans a adoré !). écrit le 10/12/2005 par : schéhérazade (20 critiques, a vu cet évènement avec BilletReduc.com ) 

-EPOUSTOUFLANT ! - Je suis allée voir ce spectacle "Exercices de style" un peu au hasard mais quelle n'a pas été ma surprise. Les 3 comediens sont formidables et ils arrivent avec une banale histoire à nous la raconter de diverses manières sans que cela nous lasse. Merci beaucoup pour cette bonne soirée ! écrit le 10/12/2005 par : michèle (18 critiques, a vu cet évènement avec BilletReduc.com )

-EPOUSTOUFLANT! - Incontestablement, un des meilleurs spectacles que j'aie vu dernièrement. Réglé comme du papier à musique, les trois interprètes sont des virtuoses. Ils réussissent la prouesse scénique de jouer à trois sans (presque) jamais se regarder; et on les suit, épatés. A ces "Exercices de styles",  on voudrait rire souvent, mais on est tellement saisi par la créativité, l'inventivité et la précision de cette oeuvre, qu'on en reste baba, admiratifs. Rythme, précision, perfection d'une mise en scène essentielle. Tout est parfait pour servir un texte étonnemment moderne. Un vrai petit bijou. écrit le 10/12/2005 par : pruneprod (2 critiques, a vu cet évènement avec BilletReduc.com ) 

- PAS D'ADJECTIF ! -

Juste un petit mot tout d'abord pour dire que je suis allée voir les "Exercices de style" samedi et que ce spectacle est... je ne trouve pas l'adjectif adéquat : extraordinaire, emballant, impressionnant...
Bref, nous avons passé un moment mémorable ! Quel travail !

Azélina

Trouvé sur internet (blog à part) un long texte qu'un spectateur internaute a laissé :

                Notations

Dans l'autobus "S", à une heure d'affluence. Un type dans les vingt-six ans, chapeau mou avec cordon remplaçant le ruban, cou trop long comme si on lui avait tiré dessus. Les gens descendent. Le type en question s'irrite contre un voisin. Il lui reproche de le bousculer à chaque fois qu'il passe quelqu'un. Ton pleurnichard qui se veut méchant. Comme il voit une place libre, il se précipite dessus. Deux heures plus tard, je le rencontre Cour de Rome, devant la gare Saint-Lazare. Il est avec un camarade qui lui dit : "Tu devrais faire mettre un bouton supplémentaire à ton pardessus." Il lui montre où (à l'échancrure) et pourquoi.

"Ce fait divers assez banal, date de 1947. Il a été relaté par Raymond Queneau dans "Exercices de style" de 99 manières différentes. Cela a fait l'objet d'un spectacle créé par la compagnie du "Théatre de l'Éveil" et joué hier soir (entre autres) au théatre Daniel-Sorano à Vincennes par le metteur en scène : Michel Abecassis et deux autres acteurs: Pierre Ollier et Guillaume Van't Hoff. J'étais dans la salle avec 179 autres personnes (salle bondée). Un régal. Assister à un tel spectacle pour quelqu'un qui aime les mots et qui aime ceux qui jouent avec, c'est comme conduire une Ferrari pour les amateurs du volant ou participer à la coupe du monde de foot pour les amoureux du ballon rond."

                    Litotes

Nous étions quelques uns à nous déplacer de conserve. Un jeune homme, qui n'avait pas l'air très intelligent, parla quelques instants avec un monsieur qui se trouvait à côté de lui, puis il alla s'asseoir. Deux heures plus tard, je le rencontrai de nouveau; il était en compagnie d'un camarade et parlait chiffons.

"Le spectacle ne retraçait pas les 99 versions, mais tout de même une bonne trentaine. Par rapport au texte écrit, déjà jouissif, il apportait le plus de la mise en scène et de la mise en bouche des acteurs."

                Précisions

A 1h17 dans un autobus de la ligne S, long de 10 mètres, large de 2m1, haut de 3m5, à 3km600 de son point de départ, alors qu'il était chargé de 48 personnes, un individu de sexe masculin, agé de 27 ans 3 mois 8 jours, taille 1m72 et pesant 65 kg et portant sur la tête un chapeau haut de 17 centimètres dont la calotte était entourée d'un ruban long de 35 centimètres interpelle un homme âgé de 48 ans 4 mois trois jours, taille 1m68 et pesant 77 kg au moyen de 14 mots dont l'énonciation dura 5 secondes et qui faisaient allusion à des déplacements involontaires de 15 à 20 millimètres. Il va ensuite s'asseoir à quelques 2m10 de là. 118 minutes plus tard, il se trouvait à 10 mètres de la gare Saint Lazare, entrée banlieue, et se promenait de long en large sur un trajet de 30 mètres avec un camarade âgé de 28 ans, taille 1m70 et pesant 71 kg qui lui conseilla en 15 mots de déplacer de 5 centimètres, dans la direction du zénith, un bouton de 3 centimètres de diamètre.

"C'est ainsi qu'on a changé d'atmosphère, de manière de narrer, passant parfois bizarrement de Léon Zitrone au Lieutenant Columbo, de l'intérieur d'une gare à celui d'une église, de la musique de Bobby Lapointe au Negro Spirituals en passant par Brassens, du bégaiement au ton pédant via même les TOC (Tics Obsessionnels de Comportement) et de l'accent anglais à l'accent méridional."

            Composition de mots

Je plate-d'autobus-formais co-foultitudinairement dans un espace-temps lutétio-méridiennal et voisinais avec un longicol tresseautourduchapeauté morveux. Lequel dit à un quelconquanonyme : "Vous me bousculapparaissez." Ceci éjaculé, se placelibra voracement. Dans une spatiotemporalité postérieure, je le revis qui placesaintlazarait avec un X qui lui disait : "Tu devrais boutonsupplémenter ton pardessus." Et il pourquexpliquait la chose. 

"Je remercie les enfants de nous avoir permis de nous régaler à cette pièce (et, en parlant de régaler, merci également à Béatrice de nous avoir concocté ce super confit d'après spectacle qui a magnifiquement terminé la soirée)"

                Alexandrins

Un jour, dans l'autobus qui porte la lettre S
Je vis un foutriquet de je ne sais quel es-
Pèce qui râlait bien qu'autour de son turban
Il y eût de la tresse en place de ruban.
Il râlait ce jeune homme à l'allure insipide,
Au col démesuré à l'haleine putride,
Parce qu'un citoyen qui paraissait majeur
Le heurtait, disait-il, si quelque voyageur
Se hissait haletant et poursuivi par l'heure
Espérant déjeuner en sa chaste demeure.
Il n'y eu point d'esclandre et le triste quidam
Courut vers une place et s'assit sottement.
Comme je retournais direction rive gauche
De nouveau j'aperçus ce personnage moche
Accompagné d'un zèbre, imbécile dandy,
Qui disait :" Ce bouton faut pas le mettre ici."

L'auteur : Raymond Queneau
Le texte : Exercices de Style
Le théatre : Daniel Sorano à Vincennes


                    Rétrograde

Tu devrais ajouter un bouton à ton pardessus, lui dit son ami. Je le rencontrai au milieu de la Cour de Rome, après l'avoir quitté se précipitant avec avidité sur une place assise. Il venait de protester contre la poussée d'un autre voyageur, qui, disait-il, le bousculait à chaque fois qu'il descendait quelqu'un. Ce jeune homme décharné était porteur d'un chapeau ridicule. Cela se passa sur la plate-forme de l'autobus S, complet ce midi-là.

La presse

Repost 0
Published by teveil - dans RÉACTIONS DU PUBLIC

Recherche